lundi 28 mars 2016

Chantons sous la pluie - Fashion Round #10


Bonjour mes oeufs en chocolat ! Tout d'abords j'espère que vous avez passé un bon weekend de Pâques et que, surtout, vous avez mangé plein de chocolats ! Mais sinon... Nus voilà de nouveau le 28 du mois, le jour de la FASHION ROUNDEt un autre mois de passé, ça va vite, ça va vite.

Avec le temps pourri que nous avons eu courant février, pas hiver hiver non plus mais beaucoup de pluie, j'ai proposé à mes acolytes le thème "Chantons sous la pluie" pour le mois de mars mais bien sur... Il n'a pas plu ! Des grêles en début de mois mais je ne suis pas encore assez folle pour m'amuser à aller prendre des photos en étant en dessous... D'ailleurs je crois que personne n'a encore tenté l"expérience... Ce qui m'étonne le plus c'est que je vis dans le Nord et que dans mon coin du Nord, il n'y a pas eu une goutte d'eau après les quelques flocons de neige du 7 mars, et c'est quand même bien rare ! 

Enfin tout ça pour dire que j'ai attendu jusqu'à la dernière minute mais que, tant pis maintenant il faut se lancer ! J'espère donc que le look vous plaira parce qu'il est extrêmement simple. J'ai tout misé sur mon kway, le vêtement que tout nordiste a en ça possession !  

Si vous voulez vous participer à notre défi, il suffit de m'envoyer un mail à cette adresse celeesia@gmail.com ! Je donnerai alors le thème, les "règles" et le logo bien sûr !
Vous pouvez également nous retrouver sur facebook <ICI>

  Kway : Decathlon
  Pantalon : MS Mode
Baskets : Decathlon

photos : par la maman de Celeesia





~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le look des filles 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

vendredi 25 mars 2016

Mon filet mignon en croûte.


♪♫♪ Francis Cabrel - le Chêne Liège ♪♫♪

Bonjour mes petites potées aux choux, j'espère que vous allez bien ? De mon côté, je suis certainement entrain de souffrir pour arriver jusque dans les Landes, chez ma marraine. Et oui 12 heures de route -oui oui 12 h mais on ne prend jamais l'autoroute, on préfère passer par les "petites routes"- avec une épaule en charpie, ça fait mal ! Mais ça vaut le coup, je ne l'ai pas vu depuis plus d'un an et demi ! Je suis bien contente que la planification d'article soit possible parce que je n'ai plus internet à partir de ce jour. Je devrais avoir une petite connexion via mon téléphone mais ce n'est pas pratique pour poster des articles. Pas d'inquiétude j'ai tout prévu.

Aujourd'hui je partage avec vous un plat que m'a fait connaitre mon père et que j'adore. Depuis qu'il est à la retraite il est retourné aux fourneaux pour le plus grand plaisir des estomacs de la famille et surtout de ma maman qui profite pour prendre quelques vacances.
 pour 4 à 5 personnes

une pâte feuilletée de préférence rectangulaire
2 tranches de jambons blanc ou fumés
paprika et poivre à votre convenance
2 c à s d'huile de pépin de raisin
un filet mignon de 600 g
100 g de gruyère rappé
1 jaune d'oeuf
1 échalote

  1. Éplucher et émincer l'échalote en enlevant le germe et préchauffer le four à 200°.
  2. Dans une poêle, verser l'huile de pépin de raisin avec le paprika et le poivre, faire chauffer un peu puis rajouter l'échalote. Laisser cuire à feu vif jusqu'à la faire roussir. 
  3. Plonger le filet mignon dans la poêle et faire dorer toutes ses faces. Réserver. 
  4. Déplier la pâte et déposer les 2 tranches de jambons de façon à ce qu'à elles deux elles fassent la longueur du filet mignon. 
  5. Placer le filet mignon sur les tranches de jambons. Parsemer de gruyère. 
  6. Rouler le tout et humidifier les bords pour refermer la pâte. Retourner le filet mignon ainsi préparé et ménager une cheminée (faire un trou) dans la pâte pour permettre à la vapeur de cuisson de s'échapper. Avec le jaune d'oeuf, badigeonner la pâte. 
  7.  Mettre du papier sulfurisé dans un plat puis enfourner pendant 35 à 40 min à 200°.
  8. Déguster chaud. 

Photos : Par Celeesia




lundi 21 mars 2016

Boucles d'Oreilles de la mer


♪♫♪ Keen'V - Rien qu'une Fois ♪♫♪

Bonjour mes crèmes brûlées au caramel beurre salé, comment est-ce que vous allez ? Ici je suis au bout milieu de mes cartons mais au moins c'est pratique j'ai des tables partout -il faut toujours voir le côté positif de la chose- Je voulais renouer avec vous et les DIY, sur mon ancien blog j'en faisais énormément mais ça demande beaucoup de temps et faire les photos n'est jamais évident... Mais au final ça me manque beaucoup alors je vais recommencer à vous en faire des petits -ou des gros- et de toutes sortes. J'espère que vous êtes autant content que moi !

Pour la première ici, j'ai choisi un tutoriel sur le thème des bijoux en vous proposant des boucles d'oreilles que je fais souvent parce qu'il est très facile de les mixer à la convenance de tous. Voici donc des boucles d'oreilles créoles à réaliser en une vingtaine de minutes !
Les photos peuvent suffire mais sous chaque photo il y a une explication plus en détails.
Photos : Par Celeesia 



La base de notre boucle d'oreille, la base Créole, est à ouvrir de façon à pouvoir enfiler une à une, dans l'ordre de la photo ou selon votre propre envie, les perles. 


Une fois les perles passées dans la base, il vous faut la fermer et, afin qu'elle ne puisse plus s'ouvrir (en protection...) il vous suffit de tremper l'extrémité libre de la base dans une colle type Glue et la refermer. Il faudra patienter une petite minute pour d'abord vérifier que ça tient et ensuite pouvoir la manipuler de nouveau.


Il est temps maintenant de passer à la décoration intérieure à l'anneau :  il faut prendre une breloque (on a choisi ici des dauphins puisque le thème est celui de la mer) - non ! sans blague ! - et  un anneau de jonction que l'on ouvrira. Y insérer la breloque.


Cela fait, passer cet anneau toujours ouvert dans le trou inférieur de la base Créole et le refermer à l'aide des pinces pour qu'il ne puisse plus se détacher.


Il faut saisir ensuite un crochet de boucle d'oreille et ouvrir son anneau, pas trop grand... c'est fragile... Le passer dans le trou supérieur de la base Créole en faisant très attention au sens de la base - oui, le joli côté est celui qui doit être visible -. Il reste à refermer l'anneau du crochet.


Il est temps de passer à la seconde créole et de reproduire les étapes décrites ci-dessus dans le même ordre.


Voilà ! C'est fini... Il vous reste à en profiter ou à en faire cadeau, mais, dans tous les cas, je serai vraiment heureuse de découvrir vos oeuvres sur les photos que vous ne manquerez pas de m'envoyer - je veux, mon n'veu-

Amusez-vous bien...

jeudi 17 mars 2016

D'Hercule à Dark Vador - Musée du Louvre - Paris #3


Bonjour mes chéries d'amour ou chéris d'amour si jamais vous passez par là messieurs. J'espère que vous allez tous bien ? De mon côté je suis en plein cartons, je dois être partie beaucoup plus tôt que prévu et du coup j'ai 10 jours pour les faire, le 5 avril je déménage mais je pars le 24 mars pour une semaine chez ma marraine et ne revient que le 2 avril ! C'est ric-rac mais ma soeur m'avait dit que j'avais jusque mi-mai ! Quoiqu'il en soit j'ai déjà fait bien pire puisque je suis partie du Nord en Ile de France en un weekend donc je gère plutôt bien.

Bon je vous laisse tranquille avec tout ça et vous emmène de nouveau à Paris mais cette fois dans le musée le plus visité au monde, le Louvre. 


Un peu d'Histoire... 


Le Louvre possède une longue histoire de conservation artistique et historique, depuis l'Ancien Régime jusqu'à nos jours. À la suite du départ de Louis XIV pour le château de Versailles à la fin du XVIIème siècle, on y entrepose une partie des collections royales de tableaux et de sculptures antiques. Après avoir durant un siècle hébergé plusieurs académies, dont celle de peinture et de sculpture, ainsi que divers artistes logés par le roi, l'ancien palais royal est véritablement transformé sous la Révolution en « Muséum central des arts de la République ». Il ouvre en 1793 en exposant environ 660 œuvres, essentiellement issues des collections royales ou confisquées chez des nobles émigrés ou dans des églises. Par la suite les collections ne cesseront de s'enrichir par des prises de guerre, acquisitions, mécénats, legs, donations, et découvertes archéologiques.






La visite 


L’exposition « Mythes fondateurs. D’Hercule à Dark Vador » raconte comment dessinateurs, sculpteurs, peintres, marionnettistes, cinéastes ou musiciens du monde entier se sont nourris des mythes et leur ont donné forme et vie.
Qu’est-ce qu’un mythe ? Comment les mythes sont-ils représentés ? Comment les artistes s’en sont-ils emparés ? Racontés, chantés, transcrits, illustrés, les  mythes sont présents dans toutes les cultures et civilisations, jusqu’à la culture populaire contemporaine. De Jean Cocteau à Star Wars, des mangas japonais à Fantômas, les mythologies de la culture populaire ne puisent-elles pas toujours dans le même répertoire d’histoires et de récits ? 
- source louvre.fr

C'est quand même une grande chance pour moi, pour ma première visite au Louvre, je tombe sur cette exposition ! Je suis une grande fan de Star Wars et je connais par coeur les mythes de la mythologie grecque. C'est donc de cette exposition que j'ai décidé de vous parler -sans rires Celeesia, on ne l'avait pas deviné tout seul- et si vous êtes intéressé, je vous parlerai une autre fois des appartements de Napoléon III ou de la galerie Égyptienne. C'est donc avec beaucoup de plaisir mais une certaine appréhension que je me suis jetée à corps perdu dans cette exposition.

Le casque de Dark Vador est exposé face à la statue d'Hercule, pour représenter le héros qui ne maîtrise pas sa force et passe du côté du mal : ci et là, des panneaux explicatifs qui reviennent sur l'histoire de Hercule, les mythes qui l'entourent et des descriptions des sculptures et autres tableaux. C'est une exposition faite en priorité pour les enfants, c'est vraiment bien expliqué, j'en ai appris beaucoup sur l'art ! Malheureusement, la Petite Galerie du Louvre se lance dans un sujet extrêmement vaste et son espace est tellement réduit qu'il aurait certainement mieux valu un sujet plus restreint. Même s'il est vrai que l'exposition est à destination des enfants, et que les initier à toute la complexité de la mythologie n'est pas chose facile, les mythes sont limités aux textes alors qu'une plus grande profondeur aurait pu être abordée sans rentrer dans la complexité et le détail.

Mais elle est également bien pensée. Le parcours pour les enfants est vraiment très bien fait et ils peuvent découvrir tout en s'amusant, ça marche également avec les grands. Les oeuvres sont très simples tout en restant impressionnantes et diversifiées. Je trouve cependant dommage que toute la partie Star Wars soit cantonnée au casque de Dark Vador et à un petit film de 5 min diffusé en boucle ! Il y avait tellement plus à faire, en plus une exposition pour les enfants dès 4 ans avec un film en anglais sous-titré, c'est un peu exagéré !

Encore une fois malgré mes vives critiques, c'est une chouette exposition qui reprend certaines bases de notre éducation. C'est un plaisir de vérifier son "savoir" sur certaines choses ou encore de remarquer à quel point les histoires et mythes de toutes cultures ont permis de construire la nôtre.


Et sinon ?


Ouvert tous les jours de 9h à 18h excepté le mardi. (Fermeture des salles à partir de 17h30.)
Ouvert en nocturne jusqu'à 21h45 le mercredi et le vendredi. (Fermeture des salles à partir de 21h30.)
Accès le dimanche (chaque premier dimanche des mois d'octobre à mars, l'entrée au musée du Louvre est gratuite pour tous les visiteurs)


Tarif normal : 15e

Gratuités :
chaque premier dimanche des mois d'octobre à mars, l'entrée au musée du Louvre est gratuite pour tous les visiteurs.
les moins de 18 ans
les jeunes de 18 à 25 ans résidant dans l'un des pays de l'Espace Économique Européen
les enseignants sur présentation du Pass Éducation
les enseignants en histoire des arts, histoire de l'art, arts plastiques, arts appliqués, en activité.
les artistes plasticiens affiliés à la Maison des Artistes et à l'AIAP
les membres de l'ICOM et de l'ICOMOS
les demandeurs d'emploi
les bénéficiaires des minima sociaux
les visiteurs handicapés et leur accompagnateur.

site internet : louvre.fr

Musée du Louvre, 75058 Paris
Métro 1, Station Palais Royal / Musée du Louvre

dimanche 13 mars 2016

Regarder un ballet au cinéma [une agréable surprise]

La Mégère apprivoisée

Une idée originale


C'est depuis 2009 et avec la mise en place d'un partenariat entre Pathé Live et le Bolchoï qu'il est possible de voir un ballet au cinéma. C'est une chouette idée, après tout, tout le monde n'a pas les moyens de s'offrir une place et il y a finalement peu d'opéras ou de théâtres qui programment des ballets, c'est donc un bon moyen de rendre accessible cette culture, peu connue du grand public. C'est également l'occasion de suivre sur scène une des plus célèbres troupes au monde sans se déplacer jusqu'à Moscou. C'est vrai, qui dans sa vie va avoir réellement l'occasion de partir à Moscou ? Peu d'entre nous, j'en suis sure ! 

Chaque année, le Bolchoi partage en direct ou en différé 7 ballets incroyables, certains reviennent tous les ans, d'autres sont exceptionnels et d'autres reviennent à la demande -même si j'avoue que je ne sais pas où il faut demander-. Pour la saison 2015-2016, les ballets Giselle, Casse Noisette, Joyaux, La Dame aux Camélias, La Mégère apprivoisée, Spartacus et Don Quichotte sont programmés, le dernier, Don Quichotte, sera diffusé le 10 avril à 17h en direct de Moscou ! Après il faudra attendre quelques mois que la nouvelle saison commence... 

La Dame aux Camélias

Mais au final, ça donne quoi ? 


 C'est juste magnifique ! Après tout, quand est-ce que j'aurais vraiment l'occasion de voir un ballet du Bolchoï en direct, ou plutôt, à l'opéra, dans cette grande ville qu'est Moscou ? C'est même bien dommage que l'Opéra de Paris ne fasse pas de même alors qu'il vend ses ballets en DVD dans la boutique !

C'est très bien filmé, il y a autant de gros plans sur les pieds, que sur les expressions du visage, que sur le corps de ballet, que sur tout en faite ! On ne rate jamais rien. La musique qui vient de partout, cinéma oblige, ce grand écran qui nous montre encore plus la force des danseurs et danseuses classiques et la puissance qu'il y a dans chaque geste. Bien sûr, il faut aimer le ballet à l'origine mais si vous êtes tenté et avez peur de payer une somme colossale pour en voir un, c'est un bon compromis. Même les entractes sont prévus pour... Une présentatrice russe qui parle très bien le français comme l'anglais interviewe autant les chorégraphes que des danseurs pour nous expliquer le cheminement du ballet. Pourquoi telle musique ? Pourquoi tel ballet ? Pourquoi ce choix ? Pourquoi avec le Bolchoï ? -même si cette dernière question est étrange de mon point de vue-

Il est quand même bon de savoir que ce n'est pas donné non plus, le ballet au cinéma, j'ai le Pass Gaumont donc je peux y aller sans payer de surplus, sinon la place peut aller de 25 à 38 euros suivant les cinémas où ils sont projetés !

Bien sûr, il y a des points négatifs mais ils "existent" surtout si vous avez déjà été voir un ballet. Au cinéma, c'est quand même relativement froid. Ce que je veux dire par là c'est qu'il n'y a pas la chaleur des applaudissements, la magie de voir une représentation "rien que pour soi" se passer juste devant soi et surtout l'entracte vraiment trop long lorsque l'on est assis au cinéma, 25 min en moyenne et lorsqu'il n'y en a qu'un !

En somme, c'est une agréable surprise et depuis je n'en rate jamais un seul ! D'ailleurs aujourd'hui, je vais voir Spartacus avec ma mère et mon grand frère qui y va pour la première fois. 

mercredi 9 mars 2016

Balade en Avesnois - Galerie Photo #4

  ♪♫♪ Sting - Desert Rose ♪♫♪


C'est où ? 
Région Nord (59) - Thiérache en Avesnois 
photos : par Celeesia










dimanche 6 mars 2016

Projet 365 - une seconde par jour #11


♪♫♪ Keane - On The Road ♪♫♪

Bonjour -ou bonsoir tout dépend quand vous lirez ce billet- comment allez vous mes petits sautés de veaux ? Votre début d'année, elle est comment ? J'espère en tout cas qu'elle est mieux que la mienne !

Vous vous rendez comptes que nous entamons déjà le troisième mois de l'année 2016 ! J'ai l'impression que le temps passe super vite, de n'avoir pas beaucoup de temps alors que pourtant certains jours paraissent ne jamais finir ! C'est peut être juste mois, je suis d'humeur vraiment très maussade en se moment et je suis également complètement perdu. C'est un état d'esprit difficile mais je fais face comme je peux.

Bon alors, mon mois de février qu'en est-il ? Et bien je n'ai rien de particulier à vous raconter à part ma semaine à Paris, une semaine qui m'a fais beaucoup de bien et qui m'a permis de revoir tout le monde. Ensuite j'ai cherché longuement un nouveau logement et c'est encore le cas, j'attends une réponse j'espère qu'elle sera positive... Le fait de déménager de nouveau n'est pas simple, j'ai compté, je vais bientôt avoir 27 ans et j'en suis à mon huitième déménagement, un huitième qui techniquement est le 3 ème en 4 ans et à chaque fois plus par obligation que par réelle envie et c'est assez pesant.

Tout ça pour dire que, comme toujours, je vous invite à me dire se que vous pensez de ma vidéo ! Déjà le 11 ème mois, il n'en reste plus qu'un et je vais devoir assembler 365 secondes !

mercredi 2 mars 2016

Le Palais Garnier - Paris #2


Bonjour mes chocolats pralinés, comment est-ce que vous allez ? De mon côté tranquille même si je déménage de nouveau, et oui, c'est comme ça, les voisins sont impossibles mais surtout je n'ai pas vraiment le choix, ma soeur a décidé de mettre fin à notre collaboration. Du coup me voilà à la recherche d'un appartement, d'un travail et de cours d'anglais pour me remettre à niveau.

Mais nous ne sommes pas là pour parler de moi -enfin presque- mais de l'Opéra Garnier. J'ai enfin eu l'occasion de le visiter, étant une grande fan de théâtres, ballets, etc, l'Opéra Garnier est comme une évidence même si je n'ai jamais eu la chance de voir une représentation dans ses murs ! 


Un peu d'Histoire... 


C'est en 1860 qu'un concours est lancé pour la construction d'un nouvel opéra à Paris. Le projet de Charles Garnier, jeune architecte, est retenu à l'unanimité de par son mélange exubérant de faste, de baroque et d'éclectisme. Aujourd'hui, le Palais Garnier est sans aucun doute l'architecture la plus représentative de l'art du Second Empire, symbole du luxe et des plaisirs de la capitale. 73 sculpteurs et 14 peintres y travaillèrent jusqu'à son inauguration en janvier 1875. Long de 172m et large de 124m, l'Opéra Garnier est le plus vaste théâtre lyrique d'Europe, pouvant accueillir plus de 2000 spectateurs.

Photos : Par Celeesia 





La visite 


Si vous êtes adeptes d'architecture baroque vous ne pourrez pas ne pas aimer ! Que vous soyez adepte d'histoire également d'ailleurs. Dès que vous apercevez ce grand édifice en sortant du métro vous avez une petite idée de se qui vous attends et il ne faut pas attendre très longtemps puisque même en faisant la queue pour entrée vous ne savez plus où poser le regard. Puis la rotonde entouré de ses pilonnes et de son plafond incroyable vous donnes une autre idée du style qui vous attends en tournant dans le couloir un petit plus loin. Des escaliers qui vous laisse penser en les montant que vous êtes une princesse ou encore en tenue de soirée prête pour l'Opéra du soir... Des étudiants ou amateur d'armes installé un peu partout entrain de reproduire à leur manière la beauté du lieu, du moment, d'un geste de statues à jamais immobiles. Une chance incroyable pour moi, une exposition temporaire sur les costumes de scènes et leur beauté est installé dans les couloirs à l'étages... Mais comment peuvent-ils danser, se mouvoir dans de si majestueux et sophistiqués costumes ?

Je pourrais rester sur ma lancé sur des centaines de pages mais je préfère vous laisser là, je ne parlerais pas de cette immense salle de spectacle ni de son plafond incroyable. Je ne parlerais pas non plus de tous ses couloirs interminables et sublimes ou de sa bibliothèque, en espérant que vous n'ayez plus qu'une envie... Vous y rendre ! 


Et sinon ?


Ouvert toute l’année de 10h à 17h (accès jusqu'à 16h30)
De 10h à 13h les jours de représentations en après-midi (accès jusqu'à 12h30)
Ouvert de 10h à 18h de mi-juillet à fin août (accès jusqu'à 17h30)

Fermetures 1ᵉʳ janvier, le 1ᵉʳ mai et les jours de manifestations exceptionnelles.

Tarif normal : 11e

Tarif réduit : 8e
Visiteur dans le cadre de partenariats avec des institutions culturelles et autres (Musée d'Orsay, Musée Gustave Moreau, CNCS Moulins, Paris City Passport...)

Tarif réduit : 7e
Jeune de moins de 25 ans.
Détenteur de la Carte abonné à l'Opéra ou de la carte Opéra en cours de validité.

Gratuités :
Enfant de moins de 12 ans (accompagnateur à tarif plein)
Personne handicapée et son accompagnateur
Chômeur, bénéficiaire de l'aide sociale/RSA/autres minima sociaux
Détenteur du Pass' Jeunes Opéra
Détenteur de la Carte Adhérent AROP particulier
Détenteur de la Carte Culture (1 personne et son accompagnateur)
Détenteur de la Carte des professionnels du tourisme et des offices français du tourisme
Détenteur de la Carte de lecteur de la Bibliothèque Nationale de France (accès à la salle de lecture de la Bibliothèque – Musée de l’Opéra)
Élèves Ecole du Louvre et écoles d’architecture

site internet : operadeparis.fr

Place de l'Opéra 75009 Paris
Métro 3, 7 et 8, Station Opéra
RER A, Station Auber